Documentation

Information sur le bassin versant de la rivière des Outaouais

Utilisation de l'eau dans le bassin

Au début de la colonie, la rivière des Outaouais était surtout utilisée à des fins de navigation servant de route aux explorateurs et aux traiteurs de pelleteries pour atteindre l'intérieur du continent. Elle constituait également un tronçon de la route intérieure reliant Montréal à Kingston. Plus tard, on s'en servit pour le flottage des trains de billes vers les usines où elles étaient traitées.

Les premiers réservoirs ont été aménagés pour la navigation, I'augmentation des débits d'étiage en période de sécheresse et pour la lutte contre les inondations. Plus tard, on aménagea plus de réservoirs pour l'exploitation des ressources hydro-électriques.

Cependant, I'urbanisation rapide du XXe siècle et les besoins nouveaux de la population du bassin occasionnèrent des changements dans l'utilisation de la rivière. Aujourd'hui, nos plus grands besoins sont liés à la production d'énergie hydro-électrique, à l'approvisionnement en eau potable, à la dilution des effluents (eaux usées) et à la navigation de plaisance. La protection de l'environnement est aussi une préoccupation majeure.

Heureusement, les diverses formes d'utilisation de l'eau sont souvent compatibles. Le stockage de l'eau dans les réservoirs qui servent principalement à la production d'énergie contribue à réduire les inondations et à l'inverse, on peut, en période de sécheresse, libérer cette eau pour augmenter le débit.

Principaux réservoirs du bassin de la rivière des Outaouais
(capacité supérieure de 200 millions de mètres cubes)

RivièreRéservoirCapacité*
Outaouais Dozois (1) 1863
  Rapide VII (2) 371
  Quinze (3) 1308
  Témiscamingue (4) 1217
  des Joachims (5) 229
Montréal Lady Evelyn (6) 308
Kipawa Kipawa (7) 673
Madawaska Bark Lake (8) 374
Gatineau Cabonga (9) 1565
  Baskatong (10) 3049
Lièvre Mitchinamécus (11) 554
  Kiamika (12) 379
  Poisson Blanc (13) 625

*La capacité est exprimée en millions de mètres cubes


Le bassin de la rivière des Outaouais

Carte des réservoirs du bassin de la rivière des Outaouais

Caractéristiques du bassin

Depuis sa source à l'est du réservoir Dozois jusqu'à son point de confluence avec le fleuve Saint-Laurent, la rivière des Outaouais sillonne plus de 1 130 kilomètres, et sur la plus grande partie de son parcours, constitue la frontière entre l'Ontario et le Québec. Son bassin occupe une superficie totale de 146 300 kilomètres carrés, dont 65 pour cent au Québec et 35 pour cent en Ontario.

Le problème des inondations

L'étendue, la forme, la topographie du bassin et les conditions météorologiques très variées entraînent des effets différents sur les tributaires certaines années. Les temps de réponse variables de ces tributaires produisent habituellement deux pointes de crues distinctes séparées d'environ trois semaines.

Les apports non régularisés des tributaires du sud sont à l'origine de la première crue des eaux de la rivière des Outaouais. La seconde crue, due au débit élevé des tributaires du nord et à celui des eaux de la tête de la rivière, n'est régularisée qu'en partie. Bien que la première crue soit généralement moins considérable, la présence de glace et d'embâcles peut causer des dégâts considérables.

La surveillance constante des conditions hydrométéorologiques dans le bassin aide à prévoir l'ampleur des inondations ou des étiages, mais l'état actuel des connaissances techniques et scientifiques en météorologie laissent beaucoup d'incertitudes dans ces prévisions.

Les coûts liés aux inondations comportent aussi un aspect humain; les familles délogées par les crues doivent demeurer dans des installations temporaires tant et aussi longtemps que les eaux ne se sont pas retirées.

Il n'existe pas de solution miracle au problème des inondations dans le bassin de la rivière des Outaouais. La partie sud du bassin ne bénéficie d'aucune régularisation, et l'emmagasinement dans les réservoirs n'a qu'un effet limité sur la première pointe de crue de la mi-avril. Par ailleurs, la deuxième pointe, environ trois semaines plus tard, est largement influencée par l'exploitation des réservoirs.

Une partie importante du ruissellement printanier est normalement retenue dans les principaux réservoirs, ce qui permet de réduire de façon substantielle l'ampleur de la deuxième pointe de crue.

Consultez les niveaux d'eau et débits de la rivière des Outaouais